top of page
  • Photo du rédacteurCamille Delcour

La diversité des défis du contrôle de gestion ne cesse d’augmenter



La diversité des défis du contrôle de gestion
La diversité des défis du contrôle de gestion

Il y a une vingtaine d’année l’objectif du contrôle de gestion était de créer des rapports, mettre en forme les données qui existaient et même aller chercher la donnée manuellement dans certains cas. Collecter des fiches, les rentrer dans Excel pour les analyser. Depuis, le métier a évolué, s’est transformé ; souvent dans l’ombre il est aujourd’hui reconnu au sein des organisations pour sa valeur ajoutée. Suite à notre premier article en 2020 dans DAFmag le « Nouveau visage du contrôleur de gestion » (lire l’article). Revenons sur les nouveaux défis toujours autant liés à l’évolution technologique, la conjoncture et un management de plus en plus basée sur l’information.

D'après l'étude de Grant Thornton & l’Université Paris Dauphine (voir l’étude complète ici), « Quels nouveaux défis pour le contrôle gestion », 2024, on remarquera la diversité des défis et des compétences nécessaires.


1️⃣En 2024, le contrôleur de gestion c’est un expert métier ; une connaissance précise du domaine d’activité de l’entreprise est indispensable pour apporter une analyse précise des données. Même s’il reste utilisateur adepte des technologies, et qu’il doit rester constamment informé des évolutions – l’apparition de l’IA transforme les outils, le contrôleur de gestion se recentre de plus en plus sur son cœur d’exitance, la liaison entre opérationnels et directions stratégiques.

  •    Faire remonter le besoin des opérationnels

  •    Faire redescendre la stratégie de l’entreprise dans les KPIs et analyse

  •    Communiquer sur l’évolution des indicateurs auprès de la direction et des opérationnels

  •   Management et notamment transverse lors de projets structurant (souvent ils impliquent l’ensemble des services de l’entreprise)

2️⃣Le contrôleur de gestion reste multifonction, il analyse, il conseil, il communique, il pilote … en fonction de son public, il doit adapter les actions / compétences. Dans son effort de soutenir la stratégie, il est par définition obligé de s’adapter au changement.

Même si techniquement il doit toujours savoir manipuler la data et la présenter de manière compréhensible pour son audience, le contrôleur de gestion doit aussi être un bon communiquant ; le travail en équipe est essentiel, un bon pédagogue et un moteur dans la conduite du changement. Tout au long de ma carrière, j’ai participé à de nombreux projets de transformation, de changement que ce soit pour se conformer à une norme, s’aligner à une nouvelle stratégie de l’entreprise ou répondre à un besoin opérationnel.


3️⃣L’étude de Grant Thornton et l’Université Paris Dauphine, souligne une évolution intéressante, qui me rappelle mes début de carrière, le retour du «Costing et du Cost Killing ». Les périodes d’inflation et de crise que nous vivons ces dernières années ont fait resurgir une ancienne préoccupation : le costing, la rentabilité, le pilotage des coûts sont à nouveau en tête de liste avec comme compétence métier phare le pilotage du prévisionnel. La conjoncture a en effet fait remonter le besoin en modèles prévisionnels précis, et pour c’est aussi pour cela que le travail en équipe est indispensable.


Si les entreprises d’une certaine taille perçoivent sans discussion l’intérêt du contrôle de gestion, il ‘y a aucun doute qu’il peut offrir aux plus petites structures un réel moyen d’optimiser le développement de ces dernière.


 

Comments


bottom of page